Experteam : Casa Anfa, un pôle d’attraction en devenir
ExperTeam Maroc, vente et location de terrains vente et location de batiments industriels, de stockage, de production ExperTeam Maroc, vente et location de biens industriels, usines, entrepots, terrains ExperTeam Maroc, vente et location de biens industriels et résidentiels

Actualités


Casa Anfa, un pôle d’attraction en devenir


Casa Anfa, un pôle d’attraction en devenir

 

Les contours du projet Casa Anfa prennent peu à peu forme. L’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa (AUDA) vient de lancer un appel d’offres pour l’aménagement du «cœur urbain vivant» de la nouvelle cité. L’objectif est de sélectionner le développeur et le gestionnaire d’un centre d’animation et de commerces d’une superficie constructible globale de près de 42.000 m², à l’endroit de l’ancienne aérogare et de la première tour de contrôle de l’ancien aéroport d’Anfa.
«Les bâtiments existants de l’aéroport seront conservés dans le respect de la mémoire du site et seront intégrés dans la programmation et le fonctionnement du centre», affirme-t-on auprès de l’Auda, maître d’ouvrage du projet.

Le centre d’animation comportera aussi une composante dédiée aux loisirs (cinéma, bowling, patinoire, fitness…) ainsi qu’un hypermarché d’une superficie d’environ 5.000 m2. Il sera également doté d’un parking en sous-sol d’une capacité minimale de 800 places. Le centre d’animation et de commerce, en plus du grand parc métropolitain, sont parmi les principaux repères du projet Casa Anfa. Les travaux de viabilisation d’une première tranche de 100 hectares sont finalisés.
Outre le parc métropolitain, cette première tranche comprend les quartiers Anfa clubs et Anfa Cité de l’Air à dominante résidentielle ainsi qu’une partie du quartier d’affaires qui abritera Casablanca Finance City.
Une première opération de développement immobilier est actuellement en phase de livraison (CGI). D’autres projets immobiliers sont en cours de construction dont ceux de Yasmine Signature, Bouygues Immobilier Maroc, Asma Invest, Walili, CGI et plus récemment du groupement Thomas & Piron et AG Real Estate.
Concernant la place financière qui abritera les sièges d’institutions financières nationales, les travaux de construction de la première tour de Casablanca Finance City Authority ont démarré, est-il précisé.

Pour ce qui est des opérations de développement d’équipements, deux lots destinés aux écoles ont été attribués à l’Ecole française internationale (EFI) et au Groupe scolaire La Résidence. D’autre part, des négociations sont en cours pour l’attribution de lots destinés aux hôtels, aux cliniques ainsi qu’aux établissements d’enseignement supérieur.
Projet phare de la CDG, Casa Anfa se développe au cœur de Casablanca sur une superficie foncière globale de plus de 350 hectares, sur le site historique de l’ancien aéroport d’Anfa. L’ambition portée par ce projet est d’offrir une nouvelle centralité urbaine moderne à la ville de Casablanca et qui permettra de rehausser le niveau urbanistique de la métropole et de la positionner à l’échelle internationale tout en répondant à ses besoins internes.
Le développement de Casa Anfa devra s’opérer à travers un ensemble de quartiers aménagés autour d’un réseau d’espaces verts dont un parc métropolitain de 50 hectares, et portera sur une surface constructible globale de près de 4,3 millions de m² dédiée aux logements, bureaux, commerces, hôtels et aux équipements d’éducation, de santé, de culture, de sport et de loisirs.
Le projet accueillera également un nouveau quartier d’affaires de référence abritant Casablanca Finance City, la future place financière internationale.
L’accessibilité du site sera assurée par l’aménagement de nouvelles voies de circulation, réalisées dans la continuité de la trame viaire de la ville, ainsi que par la desserte du projet au moyen d’un réseau de transports collectifs, notamment le tramway et le futur RER. A ce jour, la première ligne du tramway, mise en service fin 2012, traverse le projet et desservira celui-ci par le biais de plusieurs stations.


Source: L'Economiste - le:23/12/2016

Retour